Les dossiers

L'agenda

S'abonner

Participer

Site FPS

Rédaction

Militance

Education : le champ des possibles ?

Au coeur des organisations de jeunesse – Focus sur l’éducation informelle

par Yasmine Thai & Mélissa Fransolet publié le 27 novembre 2019 (c) Latitude Jeunes

Les associations actives dans le champ de la jeunesse ont pour principale mission de former des citoyen-ne-s responsables, actives/ifs, critiques et solidaires. Pour ce faire, elles utilisent des méthodes d’éducation non formelle. Mais l’éducation non formelle, qu’est-ce que c’est ? Découvrons ensemble quelques principes fondamentaux.

L’INCLUSION ET LA PARTICIPATION

Toute personne, quels que soient sa culture, son sexe, ses convictions ou sa situation sociale, est considérée comme capable d’apprendre ainsi que de prendre part à des activités et par extension à la société. C’est ce que prône l’éducation non formelle en proposant l’expérimentation comme outil d’apprentissage et en favorisant l’expression des différences.

UNE APPROCHE GLOBALE AVEC DES ACTIVITÉS PARTICIPATIVES EN GROUPE

La mise en action du groupe est un facteur d’évolution car elle permet l’échange et le questionnement. La participation, non seulement vecteur d’apprentissages, augmente la capacité à entrer en interaction avec autrui et renforce ainsi les compétences sociales des participant-e-s.

UN TEMPS DIFFÉRENT DU SYSTÈME SCOLAIRE

Les jeunes sont, la plupart du temps, dans le rythme scolaire. L’idée est d’offrir un autre cadre, dans lequel le plaisir d’apprendre est plus central. Une part active est laissée à chacun-e pour développer son éducation en faisant ses propres choix d’activités, toujours sur une base participative, non contraignante et qui invite à l’autoévaluation.

UNE ILLUSTRATION DE CES PRINCIPES AVEC LE PROJET ROSE OU BLEU, JE ME GRIME COMME JE VEUX !

Le grimage développe chez les enfants une série de compétences et remporte toujours un franc succès. Voler, sauver le monde, faire peur… Autant de pouvoirs qui fascinent et qui peuvent dès lors être mis en scène. Dans ces jeux du « faire semblant », chacun-e est libre de créer son propre univers en échappant pour un temps à la réalité. Or, ces rôles sont souvent présentés de manière stéréotypée : princesse pour les filles, pirate pour les garçons… Cela peut influencer, voire réduire, l’univers imaginaire que l’enfant pourrait créer. En proposant toujours les mêmes modèles, on restreint le choix et la créativité des enfants. Pour ces raisons, Latitude Jeunes propose une brochure de grimages non stéréotypés, convenant aux filles comme aux garçons. La volonté est d’élargir le champ des possibilités en leur montrant que le choix est plus vaste
qu’elles ou ils ne le pensent. C’est l’occasion de relier le grimage à une envie d’effrayer, d’avoir des super-pouvoirs, de faire rire… de leur redonner du sens et de permettre aux enfants de vivre une activité riche en expériences.

Tags : jeunesse - éducation Partagez