Les dossiers

L'agenda

Newsletter

S'abonner

Participer

Site FPS

Rédaction

Culture

Article mis à jour le 1 décembre 2017

Bande-dessinée – Betty Boob

par Anaïs Félix publié le 30 novembre 2017

En tant que femme, il est difficile, voire impossible, de répondre aux injonctions de beauté normée de la société. On finit toujours par se retrouver devant un puit sans fond où temps, argent, et confiance en soi sont engloutis. Le défi de toute une chacune est alors de trouver la zone de confort personnel, où elle se sentira bien dans sa peau et où elle aimera sincèrement son corps, petits et grands «défauts» compris. Le chemin pour y arriver demande généralement de renoncer au doux rêve de ressembler à l’actrice Gal Gadot toute la journée, mais bon, on y gagne franchement en amour-propre.

"Le défi de toute une chacune est alors de trouver la zone de confort personnel, où elle se sentira bien dans sa peau et où elle aimera sincèrement son corps, petits et grands «défauts» compris."© Julie Rocheleau

Dans Betty Boob, notre héroïne Élizabeth est heureuse, bien dans sa peau et amoureuse. Malheureusement, le cancer s’est immiscé en son sein. Comme pour de nombreuses femmes, sa guérison devra passer par une mastectomie. Elle, qui se sentait belle et épanouie, se retrouve alors mutilée au sens propre comme au figuré, suite à l’ablation de son sein gauche. L’équilibre est rompu, la symétrie détruite, et le réveil est dur et douloureux. Tous les regards qui se posent sur son corps sont désormais hostiles : le sien désabusé, celui de son amant désemparé, et celui de la société cruel et dégouté. En perdant son sein et ses cheveux, Élisabeth s’est un peu perdue elle-même. Elle ne reconnait plus son corps et doit faire le deuil de sa féminité telle qu’elle la connaissait. Lors de ses errances, elle va faire la rencontre fortuite d’une troupe burlesque ambulante qui l’aidera à apprivoiser son nouveau corps. Dans ce milieu joyeux, sensuel et inclusif, Élizabeth (alias Betty Boob) va apprendre à aimer et célébrer la beauté unique de son corps et de tous les corps « hors-normes ». De ville en ville, Betty et sa troupe proposent des spectacles colorés, aguicheurs et élégants à un public toujours plus séduit, toujours plus émerveillé.

L’ambiance bienveillante de cette famille d’artistes déluré-e-s est profondément réconfortante et nous invite, en tant que lectrices/eurs, à nous réconcilier avec la diversité de nos corps marqués par la vie. Ce récit touchant nous est conté sous la plume presque muette de Véro Cazot et est sublimement porté par les dessins de Julie Rocheleau. D’un point de vue graphique, Betty Boob est remarquable tandis que le style de narration rend subtilement hommage au cinéma muet et aux cartoons des années 30. Cet ouvrage original et poétique aborde le sujet difficile de la reconstruction suite à une mastectomie et élargit intelligemment son propos en questionnant notre rapport au corps et à la beauté. En effet, quelle valeur encore accorder à des diktats de beauté uniformisés et creux, quand on prend conscience de la beauté rayonnante d’une confiance en soi décomplexée ?

Tu veux y jeter un oeil?FeuilleterPour se procurer la BDBetty Boob de Véro Cazot et Julie Rocheleau, chez Casterman (2017)Faire un dépistage, c'est facile et gratuit!Centre Communautaire de Référence pour le dépistage des cancers Tags : santé - BD - Féminisme Partagez
Share on FacebookTweet about this on Twitter