Les dossiers

L'agenda

Newsletter

S'abonner

Participer

Site FPS

Rédaction

Culture

Article mis à jour le 20 mars 2017

De si jolies sportives ! Médias, sport et stéréotypes

par Julie Gillet publié le 1 décembre 2016 ©Shutterstock

De nos jours, les bienfaits physiques, psychologiques et même sociaux du sport ne sont plus à démontrer, ce qui en fait un enjeu crucial, notamment en termes de santé et de bien-être. Or, qu’il s’agisse d’un loisir ou d’une pratique professionnelle, le sport demeure un vecteur d’inégalités entre femmes et hommes, et révèle des stéréotypes profondément ancrés dans notre société. Quel est le rôle des médias dans le maintien de ces discriminations ?

Le sport constitue un exemple révélateur de ces inégalités. En effet, si ce dernier s’est largement démocratisé ces cinquante dernières années, une série de discriminations sociales et sexuelles continue de le traverser.

Le milieu sportif reste largement fréquenté par les garçons. Par exemple, en Fédération Wallonie-Bruxelles, 70% des affiliés à des clubs sportifs sont des garçons, tandis que le dernier Eurobaromètre nous montre que, d’une manière générale, les jeunes hommes sont nettement plus enclins que les jeunes femmes à faire de l’exercice ou à pratiquer un sport de façon régulière (74 % contre 55 %).

En septembre 2016, les Femmes Prevoyantes Socialistes lançaient leur campagne #Parolesdechampionnes pour lutter contre les discriminations dans le sport et valoriser la pratique du sport au féminin

Retrouvez les témoignages de sportives sur la plateforme www.parolesdechampionnes.be et sur le (Tumblr)

Médias : où sont les femmes ?

« Comment les athlètes féminines sont-elles représentées à la télévision ? Dans les journaux ? Existe-t-il des rubriques qui leur sont consacrées ? De quelle manière en parle-t-on ? A quelle fréquence ? Avec quels mots ? »

Afin d’essayer de comprendre le désintérêt des femmes pour le sport, nous pouvons nous interroger sur la manière dont elles sont représentées dans les médias. Comment les athlètes féminines sont-elles représentées à la télévision ? Dans les journaux ? Existe-t-il des rubriques qui leur sont consacrées ? De quelle manière en parle-t-on ? A quelle fréquence ? Avec quels mots ?

Premier constat : elles est sont très peu présentes. Sur les chaines de télévision, ce sont les tournois masculins qui sont retransmis, en priorité. Avec, pour conséquence, une absence de modèles sportifs féminins pour les filles et femmes, qui peinent à s’identifier et à se projeter en tant que sportives.

Plusieurs études démontrent cette sous-représentation des femmes dans les médias sportifs. La part réservée par les médias aux sports féminins de l’ordre de 10 à 15%. Le 3e Baromètre de la diversité et de l’égalité dans les médias audiovisuels de la Fédération Wallonie-Bruxelles avance quant à lui le taux de 9,7% d’intervenantes dans les programmes sportifs.

Sois belle… et pas trop forte !

©Shutterstock

Nous le voyons, les femmes sont les grandes absentes des rubriques sportives. Mais quand elles y sont, comment en parle-t-on ?

Début août, une étude de l’université de Cambridge a mis en avant le traitement inégal des femmes et des hommes au niveau des commentaires sportifs. Pendant près d’une décennie, les chercheurs ont analysé plus de 160 millions de mots écrits par des journalistes sportifs dans la presse ou en ligne. Leur conclusion : les hommes sont cités trois fois plus souvent. De plus, le sport « masculin » est souvent considéré comme valeur de référence : on parlera du football féminin pour les femmes, de football tout court pour les hommes.

Paroles de Championnes (Le témoignage de Kimberly)

De plus, côté sportives, il est fait référence de manière disproportionnée à leur apparence ou leur vie privée : les termes les plus souvent associés aux athlètes féminines sont « âgée », « enceinte » ou « mariée ». Pour les hommes, par contre, les adjectifs qui reviennent le plus fréquemment sont « fort », « grand » ou « rapide ». Les hommes « se battent », « dominent », « gagnent », les femmes « participent ». La recherche a également démontré un usage plus courant du terme « fille » pour les femmes, que « garçons » pour les hommes.

Bref, les médias semblent toujours peiner à se distancier des stéréotypes de genre, préférant se concentrer sur les tenues et le physique des sportives que sur leurs performances. La preuve avec cette publicité de Roxy, un exemple parmis tellement (tellement) d’autres !

Pour aller plus loin :"Et si on parlait autrement des championnes?" - L'Express

Money, money, money

On ne peut que le constater, télévisions et journaux continuent de traiter avec mépris le sport féminin. Or, les disciplines sportives qui ne sont pas suivies par les médias ont des chances limitées de se développer et d’attirer des sponsors.

Récemment, une hockeyeuse de haut niveau nous expliquait que les performances de son équipe étaient meilleures que celles de l’équipe masculine, qu’elles allaient plus loin dans les compétitions, mais que les sponsors et les moyens du club se concentraient malgré tout sur l’équipe masculine. En effet, les investisseurs tablent sur la visibilité. Ils se concentrent donc sur les équipes masculines, beaucoup plus médiatisées. Et voilà la boucle bouclée : les sportives, moins visibles, sont moins attrayantes pour les sponsors. Moins sponsorisés, les clubs féminins peinent à s’agrandir et à gagner en notoriété.

Paroles de Championnes (Le témoignage de Thais)

Absence de modèles sportifs féminins

Ce manque de visibilité mène également à une absence de modèles sportifs féminins. Dès lors, difficile pour les petites filles de se rêver footballeuses, quand elles n’en voient jamais sur leurs écrans. «  Plus un sport est médiatisé, plus il attire les pratiquants et les sponsors. Mais au-delà de la discipline, la médiatisation d’un sportif permet de faire de lui un héros, un modèle. La réussite d’une sportive peut susciter des vocations », explique Perrine Dagonnier dans un numéro de Chronique Féministe consacré au sport féminin.

Donna Lopiano, Présidente de Sports Management Resources, confirme : « Les médias façonnent la perception que se fait le public des réalisations des sportives et, plus généralement, des capacités des femmes en termes de force, de confiance ou de technique. Les médias façonnent également les rêves et les aspirations des femmes ».

Et nous voilà d’un côté avec de jeunes garçons baignant dans les exploits sportifs de leurs pairs masculins dès leur plus jeune âge, tant dans le football, le cyclisme que le basketball, tandis que les compétitions féminines sont à l’inverse peu relayées. L’on attend des garçons qu’ils fassent du sport, qu’ils se dépassent, qu’ils performent, et ils le savent. Des femmes, en revanche, l’on n’attend rien.

« L’on attend des garçons qu’ils fassent du sport, qu’ils se dépassent, qu’ils performent, et ils le savent. Des femmes, en revanche, l’on n’attend rien. »

Des conséquences importantes

En passant à côté de la compétition sportive, les femmes se privent non seulement de plaisir mais également de développer des compétences utiles dans leur parcours professionnel.  Ainsi, sur les 20 femmes les plus puissantes de la planète, 19 ont pratiqué un sport de compétition à haut niveau. Toutes considèrent que leur pratique sportive a été moteur de leur réussite. Le sport permet par exemple d’acquérir le gout du travail en équipe, mais également le sens du dépassement de soi, souvent utile en milieu professionnel.

« Le sport inculque le sens du risque indispensable à la réussite professionnelle. On ne peut pas prendre de risque si on n’est pas capable d’envisager la possibilité de l’échec et de rebondir. Quand on fait du sport de compétition, un jour on gagne, le suivant on va peut-être perdre, puis se donner les moyens de gagner à nouveau. Le risque de l’échec fait partie de la règle du jeu », explique Isabelle Germain sur Nouvelle News.

A écouterAssez de sexisme, nous sommes en 2016

À vos marques ? Prêtes ? Partez !

© Shutterstock

Il est aujourd’hui nécessaire d’encourager les pratiques sportives féminines. Or, une meilleure représentation des sportives dans les médias, tant en termes de quantité que de qualité, pourrait avoir un impact positif sur la participation des filles et des femmes dans le sport. Il est donc essentiel d’encourager les différents médias à adopter dès à présent des lignes éditoriales respectant la diversité et promouvant les pratiques sportives féminines, de manière objective et égalitaire. Et ce prioritairement dans les médias publics, où il est loisible d’agir.

Pour aller plus loin :Analyse "De si jolies sportives""Quels freins aujourd'hui aux pratiques sportives féminines ? " Tags : Sport - Médias - Stress Partagez
Share on FacebookTweet about this on Twitter