Les dossiers

L'agenda

S'abonner

Participer

Site FPS

Rédaction

Militance

Environnement

Ecoféminisme, le croisement des luttes féministes et environnementales

par Rosine Herlemont publié le 2 mars 2018 ©The Climate Reality Project

L’expression « écoféminisme » vient de la contraction des mots « écologie » et « féminisme ». Ce courant de pensée établit des liens philosophiques et sociopolitiques entre le système de domination patriarcale et la dégradation des écosystèmes.

Le terme écoféminisme apparait pour la première fois en 1972 dans l’ouvrage de Françoise d’Eaubonne, Histoire et Actualité du Féminisme. L’autrice défendait, face à la critique d’avoir accolé deux concepts qui d’apparence n’avaient rien en commun, l’idée qu’il existe des relations entre l’exploitation de l’environnement par les humains et l’oppression des femmes par les hommes. Cette idée ayant été reçue, à l’époque, avec beaucoup de dérision en France, il faudra attendre les années 1990 pour que se dégagent clairement deux mouvements principaux au sein de ce courant très diversifié : l’écoféminisme socioéconomique et l’écoféminisme spiritualiste.

Pour aller plus loin :Un très bon article de Simonae sur l'écoféminisme

L’écoféminisme socioéconomique

"Selon l’écoféminisme socioéconomique, seule une révolution sociale pourra détruire les systèmes qui nourrissent et justifient les oppressions".

En 1990, le livre de Vandana Shiva et Maria Mies, Ecoféminisme, est traduit en français. Presque 20 ans après la publication des ouvrages précurseurs de Françoise d’Eaubonne, il constitue un des textes fondateurs de l’écoféminisme socioéconomique. Vandana Shiva est une physicienne et activiste environnementale indienne. Maria Mies est une sociologue allemande. La particularité des deux autrices est de considérer le capitalisme et le patriarcat comme deux systèmes ayant fusionné, donnant naissance à un patriarcat capitaliste. Selon elles, la société moderne, caractérisée par le capitalisme financier et la mondialisation, exerce sur les femmes et la nature son despotisme patriarcal socioéconomique et technologique. C’est dans cette logique que Shiva et Mies appellent toutes les femmes à prendre conscience de cette situation : elles sont l’élément permettant de contrer cette destruction. Selon l’écoféminisme socioéconomique, seule une révolution sociale pourra détruire les systèmes qui nourrissent et justifient les oppressions.

Pour aller plus loin :L’écoféminisme : une pensée féministe de la nature et de la société
Mediapart - Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l'oppression des femmes ?
CADTM - Pistes pour un écoféminisme anti-système

L’écoféminisme spiritualiste

"L’écoféminisme spirituel propose une critique de la religion et repense le sacré. Il reproche aux religions monothéistes leur aspect oppressif et patriarcal".

Pour les écoféministes spiritualistes, la crise écologique est sociale, politique, économique, mais aussi spirituelle. L’écoféminisme spirituel propose une critique de la religion et repense le sacré. Il reproche aux religions monothéistes leur aspect oppressif et patriarcal. Si les hommes y sont en effet apparentés à Dieu, les femmes sont présentées comme des pècheresses, des mères ou des servantes. Les écoféministes spiritualistes estiment que si le lien entre la terre et les êtres humains est brisé, c’est à cause de la vision dualiste (spirituel/matériel) et hiérarchique des religions monothéistes qui placent la spiritualité en dehors de la nature. « Pour se tourner vers l’esprit, on méprise le corps ; parce qu’on exalte le ciel, on domine la terre. » L’écoféminisme spiritualiste peut également prendre ancrage dans d’autres formes de croyances : animistes, polythéistes ou néopaïennes comme Starhawk, une des voix les plus écoutées dans ce courant. Le défi de l’écoféminisme spiritualiste est de parvenir à dépasser la compréhension hiérarchisée et dualiste du monde en réinterprétant les religions monothéistes afin qu’elles ne soient plus oppressives, ou à proposer une nouvelle forme de spiritualité considérant la nature comme une entité spirituelle auprès de laquelle les hommes et les femmes peuvent directement intercéder.

Pour aller plus loin :Lire l'analyse " Du rituel comme mode d’empouvoirement"
L'écoféminisme, c'est quoi au fait ?
Starhawk, sorcière, écoféminisme
Erudit - L’écoféminisme : une pensée féministe de la nature et de la société
Tags : environnement - Féminisme Partagez