Les dossiers

L'agenda

S'abonner

Participer

Site FPS

Rédaction

Société

Politique et élections

Femmes politiques et médias

par Marie-Anaïs Simon publié le 31 août 2018 ©Randy Colas - Unsplash

Aujourd’hui, avec la parité sur les listes électorales et quelques femmes politiques bien visibles dans les médias, on pourrait croire que les dernières inégalités de genre dans le monde politique et médiatique ont disparu… Et pourtant, nos représentant-e-s politiques restent majoritairement des hommes et dès que l’on allume la télévision, que l’on monte le son de la radio, que l’on consulte son site d’actu préféré ou que l’on ouvre les pages de son journal, ce sont principalement des experts et politiciens masculins qui ont la parole. Il faut se rendre à l’évidence, aujourd’hui la représentation des politicien-ne-s dans les médias est encore loin d’être égalitaire… et cela peut malheureusement avoir un impact sur les votes !

UNE INVISIBILISATION GÉNÉRALE…

"Seuls 21 % des personnes intervenant dans les médias sont des femmes".

Selon le rapport du GMMP (Global Media Monitoring Project), en 2015, en Fédération Wallonie-Bruxelles, seuls 21 % des personnes intervenant dans les médias sont des femmes. C’est moins que la moyenne mondiale qui est de 24% et cele représente une régression par rapport aux résultats de 2010 (28%). Selon le rapport de l’AJP (Association des Journalistes Professionnels) de la même année, elles y sont moins souvent et moins bien identifiées. D’autres catégories de personnes sont également invisibilisées. Selon l’AJP, 0,16 % de personnes présentant un handicap ont été comptabilisées, dont la majorité occupe alors des rôles passifs. Les intervenant-e-s perçu-e-s comme « non blanc-he-s » ne sont quant à eux/elles que 8,62 %. Cela descend même à 6,32 % si l’on observe uniquement les programmes d’information.

©ShutterstockPour aller plus loin :Quel genre d'infos ? - Rapport final GMMP 2015
Etude de la diversité et de l'égalité dans la presse quotidienne belge francophone - AJP
L’info est masculine et blanche - Baromètre CSA
Image de la femme dans les médias : "invisible" ou "secondaire" (rapport) - Le Monde
Les femmes, si invisibles dans «Le Temps»?
Expertalia - le répertoire diversifié d'expert-e-s pour les journalistes

LES FEMMES, CES GRANDES ABSENTES DU DÉBAT POLITIQUE

"Plus l’audience de la chaine sera large, plus les femmes politiques seront minoritaires"

Lorsque les médias traitent de questions politiques, le pourcentage de femmes diminue encore. Lors des élections belges de mai 2014, le CSA (Centre Supérieur de l’Audiovisuel) a analysé les programmes électoraux télévisuels belges (francophones). Le constat est assez préoccupant. Alors que la population belge francophone est à 51 % féminine et que les listes étaient paritaires, seuls 30,38 %  de femmes étaient présentes dans l’ensemble de ces programmes (soit 144 femmes pour 330 hommes) ! Le CSA a également démontré que les femmes étaient plus présentes sur les chaines de télévision locales (32,05 %) que sur les chaines de la RTBF (27,82 %) ou de RTL-TVI (24,14 %). En résumé, plus l’audience de la chaine sera large, plus les femmes politiques seront minoritaires !

Pour aller plus loin :La femme invisible. Sur l’imaginaire du pouvoir politique
La représentation des femmes dans les débats pré-électoraux télévisés belges francophones
Le chiffre du mois : 20% de femmes parmi les expert-es invité-es dans les médias

POURQUOI LES FEMMES NE SONT-ELLES PAS VISIBLES DANS LES MÉDIAS ?

«les hommes ne se parlent qu’entre eux, même s’il y a des femmes présentes. Tandis que les intervenantes attendent qu’on leur donne la parole, leurs homologues masculins la prennent d’office. Les femmes se font marcher dessus».

La première raison qui explique une si faible représentation des femmes politiques dans les médias, c’est que la plupart des sources qui font aujourd’hui figure d’autorité et qui sont connues du large public sont des hommes. Les journalistes interrogent souvent les mêmes intervenant-e-s et les mêmes expert-e-s qui sont des habitué-e-s des médias. Difficile dans ces conditions d’ouvrir le panel aux femmes, par exemple, que l’on a très longtemps laissées loin des projecteurs… et qui sont, aujourd’hui encore, peu présentes dans les hauts postes politiques, vers lesquels les médias se tournent en priorité. De plus, il arrive que certaines femmes refusent simplement les interviews et/ou les émissions. L’impression de ne pas être légitime y est pour beaucoup. La chercheuse Marlène Coulomb-Gully explique ainsi que les femmes auront plus facilement tendance à refuser une interview si celle-ci ne concerne pas leurs champs d’expertise spécifiques, contrairement aux hommes qui n’y verront généralement aucun problème. Elle explique également que les interventions sur les plateaux télé peuvent être éprouvantes pour les femmes, «les hommes ne se parlent qu’entre eux, même s’il y a des femmes présentes. Tandis que les intervenantes attendent qu’on leur donne la parole, leurs homologues masculins la prennent d’office. Les femmes se font marcher dessus».

Pour aller plus loin :Médias et politiques vont mâles - Respect Mag
Inégalités d’accès aux médias publics en Belgique francophone
« La représentation politique des femmes à l’issue des élections Du 25 mai 2014

QUAND LE TRAITEMENT MÉDIATIQUE EST SEXISTE

"Oublions, le Brexit, on a gagné le Legs(jambes)-it"

Lorsqu’une femme arrive tout de même à gagner en notoriété et à apparaitre à l’écran, à la radio ou dans le journal, elle risque très fort de se frotter au sexisme à peine déguisé de certain-e-s journalistes. Comme l’analyse en détail l’étude européenne « pour une meilleure prise en compte de l’égalité des genres dans la couverture médiatique des élections », la plupart du temps, lorsqu’une femme entre dans le jeu politique, les médias auront tendance à la ramener à sa « condition féminine ». En plus d’être sans cesse ramenée à son statut de mère ou d’épouse, elle sera généralement, comme le souligne cette étude, caractérisée « par la subordination et l’impuissance, y compris lorsqu’elle exerce une fonction publique de premier plan ». Dans la même veine, cette étude met en avant que les femmes politiques sont critiquées avec véhémence lorsqu’elles présentent des comportements ou caractéristiques considérées comme masculines. Les politiciennes subiront également davantage de commentaires sur leur apparence physique. Les journalistes auront ainsi plus tendance à s’intéresser à leur âge, leur poids, leur choix vestimentaire ou leur apparence en général qu’aux thèmes politiques qui les préoccupent.

Pour aller plus loin :ETUDE POUR UNE MEILLEURE PRISE EN COMPTE DE L’EGALITE DES GENRES DANS LA COUVERTURE MEDIATIQUE DES ELECTIONS
Implicitement sexiste ? Genre, politique et discours journalistique
« Les femmes restent perçues comme des objets, et non comme des sujets » - Imagine demain le monde
Le point sur la situation en France

DES FEMMES POLITIQUES BIEN REPRÉSENTÉES À L’ÉCRAN, POURQUOI EST-CE IMPORTANT?

"Ces programmes, en plus de drainer une large audience, contribuent à la formation des opinions que celle-ci se fait des candidats et candidates. C’est parfois même l’un des seuls canaux utilisés pour s’informer sur les candidat-e-s, apprendre à les connaitre et découvrir leur programme
électoral".

Comme l’expliquait Manon Tremblay, le traitement sexiste des femmes par les médias questionne la qualité de la vie démocratique. D’autant plus que les médias et, notamment la télévision, constituent la principale source d’information de la population. Plus de 150.000 personnes écoutent tous les dimanches midi les débats de «C’est pas tous les jours dimanche» sur RTL, l’émission « Jeudi en prime » sur La Une attire 500 000 téléspectateurs/trices et téléspectatrices… Ces programmes, en plus de drainer une large audience, contribuent à la formation des opinions que celle-ci se fait des candidats et candidates. C’est parfois même l’un des seuls canaux utilisés pour s’informer sur les candidat-e-s, apprendre à les connaitre et découvrir leur programme
électoral. Les médias ont aujourd’hui un impact important sur les intentions de vote et l’image que les citoyen -ne-s se font des candidat-e-s. Il est donc primordial qu’ils aient une attention toute particulière à ce que les femmes politiques soient plus et mieux représentées.

Pour aller plus loin :Femmes politiques et médias : éléments de réflexion
Analyse FPS - Femmes Politiques et Médias
Tags : élections - sexisme - Médias - Politique Partagez