Les dossiers

L'agenda

S'abonner

Participer

Site FPS

Rédaction

Culture

Politique et élections

Grandeur et décadence – Tout est politique

par Anaïs Félix publié le 12 septembre 2018 ©Liv Strömquist

À priori, le nom de Liv Strömquist ne devrait pas vous être complètement inconnu. Non pas par sa sonorité familière avec une gamme de meubles nordiques, mais parce qu’il s’agit d’une suédoise dont les bandes dessinées ont circulé entre pas mal de mains féministes ces dernières années. Si les titres « Les sentiments du prince Charles » et « L’origine du monde » ne vous disent cependant rien, je ne peux que vous recommander d’ajouter l’un ou l’autre sur votre liste de lecture de cet automne.

"Dans « Grandeur et décadence », Liv Strömquist commente le capitalisme et l’ultra-libéralisme mondialisés".

Dans ses deux premiers titres, Liv Strömquist s’attaquait au sujet du sexisme dans les relations amoureuses, et à celui de la sexualité et du sexe féminins. Dans sa troisième publication « Grandeur et décadence » dont il sera question dans cette chronique, on peut retrouver les marques de fabrique qui rendent ses livres si particuliers et merveilleux : un sarcasme et un humour redoutables, des idées déconcertantes et essentielles et des références pointues à l’actualité ainsi qu’à l’histoire et aux sciences humaines. Dans « Grandeur et décadence », Liv Strömquist commente le capitalisme et l’ultra-libéralisme mondialisés. Comme toujours, elle ne mâche pas ses mots, et malgré un dessin noir et blanc pas toujours facile d’accès, il y a de grandes chances que vous soyez emporté-e-s par son
flux d’écriture drôle et captivant, et par son indignation légitime et documentée.

©Liv Strömquist

Ici, elle commente les fastes ridicules de notre société, marquée plus que jamais par les absurdités et par les inégalités croissantes. Chaque chapitre lui permet de développer une thématique différente avec ironie. Elle attaque en force avec la question brûlante suivante : puisque le bonheur se trouverait dans la pleine conscience et l’instant présent, notre culture occidentale ne serait-elle finalement pas la plus à même de nous rendre heureux/ses ? En effet les dirigeant-e-s ne se laissent pas ternir le moral par la culpabilité du passé ou par l’angoisse de l’avenir . Lorsque certain-es d’entre eux/elles sontcapables de déclarer que « Quand bien même le réchauffement climatique existerait, ce ne serait pas plus mal. Car si les températures augmentent, ça signifie que moins de gens vont mourir de froid ». Ne sont-elles/ils pas magnifiques et lumineux/ses ? Ne seraient-ils/elles, pas en réalité, des guides spirituel-le-s, des maîtresse-s de la pensée positive ?

Rien n’arrête Liv Strömquist et rien ne lui échappe. Les couples people, les interviews politiques, les recoins oubliés de l’histoire, tout est pour elle un terreau fertile pour l’analyse politique et la critique pertinente. Ses points de vue sont parfois difficiles à entendre car ils n’épargnent personne, n’ignorent aucune de nos faiblesses ou de nos contradictions. Mais ils sont cependant toujours une excellente opportunité de faire évoluer nos certitudes et nos habitudes, ainsi que d’évoluer vers une meilleure version de nous-mêmes.

Tags : Politique Partagez