Les dossiers

L'agenda

Newsletter

S'abonner

Participer

Site FPS

Rédaction

Culture

Cyberactivisme

Article mis à jour le 15 mai 2017

Info ou intox ? Petit guide pour démêler le vrai du faux

par Marie-Anaïs Simon publié le 29 mars 2017 ©Shutterstock - Ron and Joe

Internet regorge d’informations, vraies, fausses ou très douteuses, qui se mélangent en permanence. Lorsqu’il s’agit d’un article sur l’arrivée nouvelle d’une application smartphone permettant de voir à travers les vêtements, l’impact est peut-être faible. Mais quand une fausse information circule sur une personne, sur un groupe d’individus ou sur une décision politique les conséquences peuvent être beaucoup plus graves. Sur les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter c’est nous, les utilisateurs-trices qui relayons ces informations. Nous portons la responsabilité de ce que nous diffusons… Alors, comment trier l’info de l’intox ?

Lire l’article en entier

Ça parait idiot et pourtant, il est très facile de se laisser emporter par un titre accrocheur et de ne pas chercher plus loin. Beaucoup de journalistes et de blogueurs jouent là-dessus pour générer du clic (phénomène des « clickbait » ou « pièges à clic »). Cependant, il suffit souvent de lire quelques lignes pour se rendre compte que le propos n’est pas du tout celui annoncé : simplifications, déformations et mêmes contradictions évidentes. Même lorsque le contenu de l’article colle avec le titre, lire l’article en entier nous permet très vite de détecter les failles de raisonnements et les informations peu crédibles…
Après tout, on n’est pas des pigeons !

Pour aller plus loin :Article de Mediapart sur le "clickbait"
Analyse des conséquences de la course aux clics - BBC (anglais)
Comment détourner l'utilisation des pièges à clic pour motiver les gens à lire

« Demander à Google »

Google, Yahoo, Bing, Lilo (qui finance des projets sociaux) ou Ecosia (qui plante des arbres), les moteurs de recherches sont des alliés de choix pour débusquer les intox. En recopiant le titre de l’article ou certains mots-clés dans la barre de recherche, il est normalement facile de trouver d’autres textes parlant du même sujet. Recouper les sources est primordial : on peut ainsi
confronter plusieurs points de vue et aiguiser son sens critique. En plus, on sait que plus un grand nombre de sites reprennent une information, plus celle-ci a des chances d’être fiable (même s’il ne
s’agit pas ici d’une équation absolue  !). Si vous ne trouvez aucun autre article sur le sujet, cela ne veut pas dire que l’information est forcément fausse, par contre, il faut la prendre avec plus de
précautions  ! Par ailleurs, passer par un moteur de recherche permet aussi de détecter les canulars. Des sites comme hoaxbuster.com recensent les principaux « fakes » qui tournent sur internet.

Trouver la date de publication

Quand l’information a-t-elle été diffusée pour la première fois ? Si un article date de 2002, il faudra surement vérifier que les informations sont toujours exactes ! Un projet de loi de 2008 n’a peut-être jamais vu le jour ! Connaître la date à laquelle l’information a été diffusée permet de se questionner sur le fait qu’elle soit toujours actuelle, mais également sur le contexte dans lequel elle a été publiée. Il est donc toujours préférable de vérifier la date, si besoin en faisant une recherche pour trouver des informations plus récentes.

On n’a pas envie de consommer des aliments périmés… c’est pareil pour l’information!

Identifier la source de l’information

Un dernier point primordial pour distinguer une info d’une intox  : la source. Demandez-vous  : qui a écrit le texte ? Dans quel but ? Est-ce que l’information provient d’une autre source  ? Laquelle  ? Et puis surtout  : Qui publie cette information ? On pourra plus facilement se fier à une information émanant d’un média reconnu ou d’une instance officielle que du blog de monsieur X publiant le troisième article de toute sa vie.

Pour aider les internautes à repérer facilement les sources fiables, « Le Monde » a lancé « Decodex », un site et un plug-in (petit programme qui peut s’ajouter à votre moteur de recherche) qui permettent, entre autres, de juger rapidement si un site est fiable ou non. Cependant, même si cela constitue une première base, ce dispositif n’est pas neutre puisqu’il est proposé par un des plus grands médias français… Ajoutez-y quelques grains de votre sens critique et citoyen !

Pour aller plus loin :Decodex est-il vraiment fiable par Mr Mondialisation

Il est également important de se questionner sur la source des données et des chiffres mentionnés dans un article. Vous n’accorderez probablement pas le même crédit à une information émanant d’une étude à grande échelle de l’Institut national de statistiques, qu’à un sondage sur 20 personnes réalisé par le parti d’extrême-droite du village de Thoin-sur-Meuse. Dés que l’on sait d’où vient une information, il est beaucoup plus facile de vérifier sa véracité.

 

Le niveau expert

© Hygiène Mentale

Se méfier des images

Il paraît qu’une image vaut mille mots. Pourtant, les photos sont tout aussi susceptibles d’être sorties de leur contexte, modifiées et donc, potentiellement trompeuses. Pour ne pas laisser les images vous raconter n’importe quoi (que ce soit en mille mots ou plus), le meilleur outil reste la recherche par image de Google. En important directement le fichier ou en intégrant son lien URL dans la barre de recherche, vous pourrez facilement retrouver les autres articles dans lesquels l’image a été utilisée. Vous pourrez alors essayer de retrouver la date, la source et le contexte de sa publication initiale.

Pour les vidéos, Amnesty International propose un outil similaire : Youtube DataViewer. Il suffit d’insérer l’URL de la vidéo dans la barre de recherche pour obtenir plus d’informations sur celle-ci.

Se méfier des chiffres aussi

Quelle place pour la subjectivité?

Comme l’explique très bien cette vidéo, il est très facile de détourner les chiffres pour leur faire dire n’importe quoi. Et pourtant, les données statistiques sont souvent considérées comme des données plus fiables que d’autres… Mais avec des chiffres mal utilisés, ou des données manipulées ont pourrait même vous prouver que la consommation de margarine augmente le taux de divorce !

Vous avez maintenant tous les armes pour partir à la chasse à l’intox!

Un dernier conseil pour la route : n’oubliez pas que tout n’est pas toujours blanc ou noir. Certes, il y a des informations qui sont clairement fausses et d’autres plus certainement vraies. Cependant, il est important de se rappeler que l’information est très souvent biaisée d’une manière ou d’une autre.

La manière dont un sujet sera traité varie toujours selon la personne qui écrit/produit, selon le média où elle est publiée, selon le contexte politique, social économique et historique. Aucun journaliste n’est neutre! La manière dont on produit une information dépend toujours de notre vision du monde qui ne sera jamais universelle!

Tags : cyberfeminisme - Médias - Politique Partagez
Share on FacebookTweet about this on Twitter