Les dossiers

L'agenda

S'abonner

Participer

Site FPS

Rédaction

Culture

Les femmes dans l’art

La place des femmes dans la littérature – Opinion d’une libraire

par Rosine Herlemont publié le 31 mai 2018 La librairie Tulitu (leur site)

TULITU est une librairie bruxelloise située dans le quartier de Sainte-Catherine. Ses fondatrices, Ariane Herman, bruxelloise et Dominique Janelle, montréalaise, deux libraires passionnées, la décrivent comme un commerce à l’écoute de ses client-e-s, de son quartier et du monde du livre. Au travers des ouvrages qu’elles proposent, elles défendent leurs convictions et leurs passions. Elles mettent un point d’honneur à s’adapter, s’ajuster au fil des années, en maintenant ce lieu, dédié au livre québécois d’une part, mais aussi à la littérature féministe et LGBT. Nous avons rencontré Ariane afin de recueillir son opinion de libraire quant à la place des femmes dans la littérature.

Quels sont les obstacles pour une femme qui veut se faire une place dans la littérature ?

J’ai l’impression qu’il n’y a pas de spécificité au monde de la littérature, les femmes rencontrent des obstacles, bien sûr, mais je pense que ce sont les mêmes que dans d’autres milieux professionnels. C’est un monde professionnel comme un autre, un domaine artistique comme un autre. La misogynie et les obstacles sont présents, mais pas plus qu’ailleurs, je pense.

Est-ce qu'il y a des genres littéraires dans lesquels les femmes ont plus de difficultés ou dans lesquels elles sont plus ou moins représentées ?

"C’est presque acquis, une femme peut être romancière. Par contre dans la catégorie des thrillers et des polars, même si on sait citer deux ou trois noms célèbres comme Agatha Christie, quand on regarde de plus près, on constate qu’il y a quand même beaucoup moins de femmes".

Je crois que les stéréotypes de genre, tout doucement, sont en train de disparaitre, mais c’est vrai qu’il y a quand même des genres littéraires où l’on trouve beaucoup plus de femmes que dans d’autres. Je pense même qu’il y a des genres où on atteint presque une parité, par exemple les romans. C’est presque acquis, une femme peut être romancière. Par contre dans la catégorie des thrillers et des polars, même si on sait citer deux ou trois noms célèbres comme Agatha Christie, quand on regarde de plus près, on constate qu’il y a quand même beaucoup moins de femmes. Comme si c’était moins crédible qu’une femme écrive des romans à suspense ou avec de la violence, des contenus un peu « trash ». Ce qu’on remarque aussi, c’est leur moindre présence dans tout ce qui est scientifique, mais ça, encore une fois, c’est représentatif de la société. Si on n’atteint pas la parité dans le milieu universitaire, dans la recherche, ça se ressent sur les publications qui y sont liées, c’est évident.

Par contre, depuis environ un an, il faut souligner que de plus en plus d’éditeurs et d’éditrices s’intéressent à faire traduire et publier des ouvrages féministes. À ce niveau-là, je sens vraiment qu’on commence à avoir plus d’accessibilité. Notre rayon féministe, depuis nos débuts, commence d’ailleurs à nettement s’agrandir. Parce que nous y accordons de l’importance, bien sûr, mais aussi parce qu’il ne se passe pas un mois sans qu’il y ait une nouveauté ou une nouvelle traduction. Évidemment, les maisons d’édition ont aussi compris qu’en ce moment, il y avait moyen de se faire de l’argent avec cette thématique, mais… Mais bon, en même temps, tant mieux pour nous si cela permet de rendre accessible toutes ces notions-là dont on ne parle jamais assez.

Pour aller plus loin :Découvrir notre article sur le projet "femini-books"
Femmes, autrices et Science-fiction

Dans votre boutique, parvenez-vous à la parité dans les auteurs que vous proposez ?

©Tulitu

En fait, je n’ai jamais fait l’exercice donc je n’en ai aucune idée ; mais par contre, ce qui est sûr, c’est que je fais attention. C’est-à-dire que je fais plus attention aux autrices qu’aux auteurs et donc c’est clair que si deux livres abordent la même question, je vais inévitablement être tentée de choisir le livre écrit par une femme plutôt qu’un homme. Même si je n’ai pas de statistiques précises, je pense que nous proposons malgré tout beaucoup de livres écrits par des femmes. Et en ce qui concerne les évènements, là il est clair que nous accueillons plus de femmes que d’hommes, c’est une question de feeling et de thèmes qu’on aime défendre et comme le féminisme en fait partie, forcément, nous invitons plus d’autrices que d’auteurs.

En quoi serait-ce intéressant qu'il y ait plus de femmes autrices ? Est-ce suffisant d'être "juste" femme ? Faudrait-il aussi mieux représenter la diversité des femmes ?

C’est vrai que ce n’est  pas encore acquit et qu’il serait nécessaire que ça le soit. Même s’il y a de plus en plus d’autrices qui arrivent à percer et que les maisons d’édition sont plus ouvertes, la majorité de la littérature célèbre, à succès, est une littérature assez blanche, masculine et bourgeoise. Mais après, il faut un peu gratter, ça existe ! Je ne pense pas qu’il faille spécialement plus d’autrices car elles sont là, ce qui est nécessaire c’est surtout plus d’accès. Des femmes qui écrivent, il y en a… elles sont juste confrontées à plus de freins, c’est plutôt là-dessus qu’il faut agir !

A LIRE ! Cette super BD de Diglee - "Femmes de lettres, je vous aime" (A découvrir sur son blog)Pour aller plus loin :SLATE - Les livres écrits par des femmes sont presque deux fois moins chers que ceux écrits par des hommes
MadmoiZelle - Pourquoi les livres écrits par des femmes coûtent-ils moins cher que ceux écrits par des hommes ?
Georgette Sand - Autrices invisibilisées
Autrices le projet littéraire qui met les femmes créatrices à l’honneur
SLATE - Littérature: des auteures oubliées, parce qu'effacées
Libération - Les femmes de lettres, ces grandes oubliées des programmes
Quels livres écrits par des femmes pouvez-vous lire pour remplacer ceux écrits par des hommes ?
Tags : littérature - livre - art - Médias - Féminisme Partagez