Les dossiers

L'agenda

Newsletter

S'abonner

Participer

Site FPS

Rédaction

Culture

Cyberactivisme

Article mis à jour le 29 juin 2017

Les Internettes – Elles font des vidéos

par Marie-Anaïs Simon publié le 7 avril 2017

Pour beaucoup d’internautes, il est très facile de nommer 5 hommes qui font des vidéos sur YouTube… Mais est-ce aussi facile de citer 5 femmes ? Pas vraiment ! C’est le constat que font « Les Internettes ». Ce groupe de nanas est donc bien décidé à donner aux femmes les outils pour monter leurs chaînes YouTube et les faire connaître au monde entier ! Interview.

« Les Internettes » qu’est-ce que c’est ?

« L’idée c’est de montrer que les filles aussi peuvent faire de vidéos et qu’elles n’ont pas à se cantonner aux rôles qu’on leur attribue spontanément ».

Les Internettes, c’est un collectif créé en juillet dernier. Nous sommes 11 nanas à valoriser la création de femmes vidéastes et à les encourager dans leur démarche. On parle notamment de YouTube parce que c’est la plateforme la plus faste. On partage une fois par jour, à 18h, sur Facebook et Twitter, des vidéo de youtubeuse. L’idée c’est de montrer que les filles aussi peuvent faire des vidéos et qu’elles n’ont pas à se cantonner aux rôles qu’on leur attribue spontanément. Elles ont tendance à investir plutôt le champ de la beauté et de la cuisine et même si c’est très bien, ces femmes aussi peuvent parler de politique, de gaming, d’histoire ou d’actualité. Il y a des tas de youtubeuses talentueuses dont personne ne parle. Alors nous, on est là pour le faire.

©Léa Bordier et Lisa Miquet - Un super documentaire sur la place des femmes sur Youtube !
Pour aller plus loin :Leur siteL'article de "Happy Project"

En quoi votre action est-elle féministe ?

« On veut donc montrer que les filles peuvent faire ce dont elles ont envie : sur YouTube, comme dans la vie ».

Notre action est féministe parce qu’elle favorise l’émancipation, l’autonomisation comme on aime à l’appeler. L’idée c’est d’encourager toutes ces jeunes (ou moins jeunes) femmes qui ont du mal à prendre la parole, à s’imposer et imposer leurs opinions, leurs idées dans l’espace public. YouTube, c’est une mini société et ce qu’on constate, c’est que les femmes, n’ayant pas de « rôles modèles », peinent à se lancer. Alors, beaucoup se cantonnent à des thèmes genrés féminins. Un peu comme on le voit dans les professions : il y en a qui sont genrées féminines et que les hommes ont du mal à investir et inversement. On veut donc montrer que les filles peuvent faire ce dont elles ont envie : sur YouTube, comme dans la vie.

Natoo revient sur cette question de la place des femmes sur Youtube
Pour aller plus loin :Où sont les filles sur YouTube? - Femina

Estimez-vous contribuer à l’évolution des mentalités ?

On n’a pas la prétention de dire qu’on change fondamentalement les mentalités, mais on voit tout de même quelques évolutions. On essaie de donner de la visibilité aux femmes et on peut constater que dans certaines conférences réputées dans le milieu des vidéos en ligne, il y a plus de diversité. Est-ce que c’est lié à notre initiative ? On ne le sait pas. On l’espère. Mais en soi, savoir qui est méritant nous importe peu. Ce qui nous importe, c’est le résultat !

Plus d'informations sur ce projet avec ce Questions-réponses de Madmoizelle

Quels changements avez-vous pu observer sur YouTube et plus généralement sur la pratique militante en ligne depuis le lancement de votre collectif  ?

Nous sommes encore trop jeunes pour que les changements soient considérables et que la tendance, à défaut de s’inverser, ne s’équilibre. Il n’y a pas encore assez de femmes qui prennent la parole, mais dans notre sphère, ça s’améliore doucement. Nos retours de Masterclass sont encourageants. Nous avons des jeunes filles intéressées, qui aimeraient faire des vidéos, mais se mettent des barrières énormes. En les accompagnant, on réussit à s’affranchir de certaines de ces barrières. C’est important que les filles se sentent libres d’investir l’espace public que peut représenter YouTube. Ça fait chaud au cœur de voir que notre travail acharné (et bénévole) porte ses fruits.

Quels obstacles une femme peutelle rencontrer quand elle veut se lancer sur YouTube ? Comment les surmonter ?

« C’est finalement des idées intégrées socialement par les femmes qui posent le plus problème : elles se pensent moins légitimes que les hommes dans l’espace public, elles ne pensent pas pouvoir parler de politique ».

Les obstacles sont pluriels, il y en a des tas. Certains sont évidents, comme le cyberharcèlement, les commentaires sexistes, etc. Mais c’est aussi très insidieux. C’est finalement des idées intégrées socialement par les femmes qui posent le plus problème  : elles se pensent moins légitimes que les hommes dans l’espace public, elles ne pensent pas pouvoir parler de politique. On parle du syndrome de l’imposteur. Ces obstacles sont certains, constatables, mais au-delà du constat, il faut commencer à agir de manière positive. Et c’est ce que nous faisons avec notre collectif.

Avez-vous quelques exemples de Youtubeuses qui devraient être mieux connues ?

Il y en a des tas qui sont talentueuses, notre répertoire de chaînes de femmes à partager liste plus de 600 vidéastes. Ce serait difficile de n’en extraire que quelques-unes d’autant que nous ne souhaitons pas valoriser une créatrice plus que l’autre. Cependant, chacune de nous à ses petits coups de cœur.

911 AVOCAT

Une avocate explique le droit qui s’applique à YouTube (droit à l’image, censure, etc.)

Le carnet enchanté

Une chaine qui s’intéresse aux contes et à leurs adaptations

« NART l’art en 3 coups de pinceau »

Une chaine pour mieux comprendre certaines œuvres d’art et les mettre en perspective.

Les Revues du Monde

Des émissions culturelles sur l’archéologie, l’anthropologie, les découvertes, l’Histoire, les lieux intrigants et les faits étonnants

La Castor

Pour un peu d’humour décalé, mais intelligent… et une bonne dose de féminisme

Tags : inégalité - virtuel - cyberfeminisme - Médias Partagez
Share on FacebookTweet about this on Twitter