Les dossiers

L'agenda

Newsletter

S'abonner

Participer

Site FPS

Rédaction

Culture

Environnement

Article mis à jour le 13 mars 2018

Les sorcières de retour à Bruxelles

par Anaïs Félix publié le 12 mars 2018 ©Tiffanie VandeGhinste

Lorsque nous étions enfants, nous avons appris à craindre les sorcières, ces vieilles femmes isolées aux doigts crochus, pétries de mauvaises intentions. Aujourd’hui, les sorcières reviennent en force dans la culture populaire, mais d’une façon beaucoup plus juste par rapport à leur identité historique, à savoir en tant que femmes savantes, farouchement libres et modernes. Ouvrez l’oeil, tendez vos oreilles, et vous reconnaîtrez peut-être ces femmes fortes et magiques dans votre entourage.

Elles sont parmi vos mères, vos amies, vos amantes, vos collègues, vos voisines… Elles vivent autour de vous, et en vous. Les dryades, tout comme les sorcières, préfèrent traditionnellement habiter en forêt. Mais ayant évolué avec leur temps, certaines habitent désormais en ville. C’est le cas de Yacha et de Rudica, les héroïnes de Dryades, deux jeunes femmes vivant à Bruxelles. De leur rencontre et de leur amitié naît un conte sur la création et la liberté. Sur la création, car lorsqu’elles unissent leurs énergies, Yacha et Rudica embellissent leur quotidien et celui de leur entourage. Elles soignent les plantes et les humains, elles décorent la ville de fresques vivantes, et elles s’épanouissent l’une grâce à l’autre. Sur la liberté, car ces jeunes louves doivent sans cesse veiller à ne pas se faire capturer. Leur énergie vive et leur farouche indépendance fascinent autant qu’elles effraient, et nombreux sont ceux qui souhaiteraient les domestiquer.

©Tiffanie VandeGhinste

L’histoire de Yacha et de Rudica est une histoire qui se savoure lentement et avec gourmandise, blotti-e dans un bon fauteuil avec une tasse de thé fumante à portée de main.

Dans cette bande dessinée, la ville de Bruxelles est magnifique, et il faut se donner le temps de scruter les tuiles et les briques pour reconnaître les différents quartiers qui les ont inspirées. Les motifs et les matières sont vivantes et chaleureuses. Les décors regorgent de livres posés çà et là, qui sont autant de vrais bons conseils de lecture. Et les thématiques abordées, parfois énoncées haut et fort et parfois chuchotées doucement, sont autant de pistes féministes à suivre.

Avec cette première publication, Tiffanie Vande Ghinste nous emmène dans un univers riche et vibrant, où les pluvieuses rues de Bruxelles se teintent de couleurs et de magie. L’intrigue et les dialogues ont peut-être la simplicité d’un premier récit, mais qu’importe, car la balade chez les Dryades est belle et ensorcelante. Et lorsque vous vous promènerez dans votre quartier une fois l’album refermé, vous ne pourrez pas vous empêcher de chercher du coin de l’oeil l’un ou l’autre dessin fait de craie rouge…

"Lorsque vous vous promènerez dans votre quartier une fois l’album refermé, vous ne pourrez pas vous empêcher de chercher du coin de l’oeil l’un ou l’autre dessin fait de craie rouge..."



©Tiffanie VandeGhinsteDryades, de Tiffanie VandeGhinste, paru chez La Boîte à Bulles (mars 2018)La boite à Bulles Tags : sorcellerie - BD Partagez