Les dossiers

L'agenda

Newsletter

S'abonner

Participer

Site FPS

Rédaction

Militance

Non, le 8 mars n’est pas « la journée de la femme »

par Flora Duken publié le 8 mars 2018 ©Samantha Sophia

Les médias sont formels, c’est la journée de la femme ! Pour célébrer ce jour incroyable, le monde entier s’agite : un code promo par-ci, une réduction par-là. Achetez une culotte, une culotte gratuite. C’est le 8 mars : aidons les femmes à faire des économies !

Parce que c’est bien connu, c’est bien de cela qu’ont besoin les femmes : des vêtements moins chers, des prix d’amis sur des bottines, un bon cadeau sur un site de vente en ligne, un bouquet de fleurs super sympa. Les femmes sont de douces créatures qui ont besoin de se sentir belles, protégées, couvées et entourées. Allons, allez les filles, prenons congé et allons toutes faire les boutiques. Avec un peu de chance, on économisera quelques euros et on se sentira enfin bien dans notre condition féminine.

Nous sommes le 8 mars, ô douce journée de la femme. Avec le code FEMME2018, je vais enfin pouvoir craquer sur ce petit sac super sympa sur lequel je bave depuis des lustres. Mais c’est ma journée, notre journée, tout est permis. Il suffit d’avoir des organes génitaux féminins et hop, à nous la haute couture accessible pendant quelques heures.

 

 

"Au nom de toutes les femmes, je refuse les bons de réductions qu’on nous balance en guise d’œillères pour nous détourner de l’objectif principal de cette journée"

Je dis stop. Cette journée n’est pas la journée de la femme. C’est la journée internationale des droits des femmes. Au nom de toutes les femmes, je refuse les bons de réductions qu’on nous balance en guise d’œillères pour nous détourner de l’objectif principal de cette journée : célébrer les droits des humains formidables que sont les femmes de cette planète.

Au nom de toutes les femmes, je réclame une mise à l’honneur des gens qui se sont battus pour que nous obtenions les mêmes privilèges que les hommes : le droit de vote, de meilleures conditions de travail, l’égalité des genres, la sécurité sociale…

"Cette journée existe depuis plus de 100 ans, et qu’elle est encore nécessaire afin de se souvenir des combats menés au quotidien pour une vie plus juste, plus égalitaire, plus autonome !"

Je veux rappeler que cette journée existe depuis plus de 100 ans, et qu’elle est encore nécessaire afin de se souvenir des combats menés au quotidien pour une vie plus juste, plus égalitaire, plus autonome ! Je veux rappeler à toutes les femmes du monde qu’elles méritent un statut égal à celui des hommes, qu’elles méritent de se sentir en sécurité dans la rue, dans leur emploi, dans leur vie de famille, de couple, qu’elles méritent leur place dans le système sociétal, électoral et j’en passe.

Je veux rappeler que toutes les femmes du monde devraient avoir le droit à l’intégrité, à l’égalité, à la propriété, à l’éducation. Elles devraient toutes avoir les mêmes droits civiques, parentaux, citoyens, le droit au mariage libre. Le droit aussi de vivre loin du sexisme, des violences, des rôles de genres stéréotypés. Mais également le droit à l’interruption volontaire de grossesse, à la contraception, à disposer librement de leur propre corps.

Je veux faire entendre les voix de toutes ces femmes qui se sont mobilisées et battues depuis toutes ces années. Je veux faire entendre les souffles de 50% de la population mondiale. Je veux faire entendre les craintes de celles qui rentrent seules le soir et qui ont peur, faire entendre les pleurs de celles qui vivent dans la violence, faire entendre les doutes de celles qui vivent encore dans l’insécurité.

Ce que je veux, par-dessus tout, c’est faire résonner les rires de ces femmes réunies dans un but commun : celui d’être, finalement, considérées comme des êtres humains.

Pour aller plus loin :Ne nous souhaitez pas une "bonne fête de la femme"
Pourquoi le 8 mars n'est toujours pas la fête des gonzesses
Journée des femmes : arrêtez avec les fleurs et les promos, des droits suffiront
Journée internationale des droits des femmes : au fait, pourquoi se tient-elle le 8 mars ?
Tags : Médias - Féminisme Partagez