Les dossiers

L'agenda

Newsletter

S'abonner

Participer

Site FPS

Rédaction

Militance

Cyberactivisme

Article mis à jour le 19 juillet 2017

Pour une cybercitoyenneté (cré)active et solidaire

par Manu Mainil publié le 29 mars 2017 ©MadCat Studio - madcatstudio.be (leur site)

En mars 2016, le Bureau International Jeunesse, qui coordonne la campagne No Hate en Fédération Wallonie-Bruxelles, a lancé un réseau de CyberCRACCS (cybercitoyen-ne-s responsables, actif-ve -s, critiques, créatif-ve-s et solidaires). Cette déclinaison de l’appellation «cyberactiviste» a selon nous beaucoup de sens. Derrière l’acronyme s’exprime toute une série de questionnements qui doivent nous accompagner dans l’expression de notre citoyenneté 2.0.

«Etre un-e CyberCRACCS, c’est prendre conscience que nos identités plurielles se développent dans la sphère virtuelle ».

Comment faire pour trouver notre place dans la société, tout en respectant celle des autres  ? Comment adapter nos comportements aux différentes situations rencontrées  ? Comment s’engager dans des actions concrètes qui nous tiennent à cœur  ?

Etre un-e CyberCRACCS, c’est prendre conscience que nos identités plurielles se développent dans la sphère virtuelle. Elle fait partie intégrante du réel, notre connexion internet nous suivant comme une ombre à chacun de nos pas. En naviguant d’une page à l’autre, on observe et on peut être tenté d’agir par mimétisme  : si Mr  X exprime des propos virulents, pourquoi Mme  Y ne se le permettrait pas  ?

©Madcat Studio (leur site)« Etre un-e CyberCRACCS, c’est regarder par cette fenêtre sur le monde et se dire que le numérique est un formidable outil d’expression, de participation, d’émancipation ».

Etre un-e CyberCRACCS, c’est refuser la résignation : chaque tentative de dialogue, chaque partage de vidéo visant à éveiller l’empathie ou stimuler l’esprit critique, chaque commentaire constructif contribue à la mise en place d’un meilleur internet.

Etre un-e CyberCRACCS, c’est regarder par cette fenêtre sur le monde et se dire que le numérique est un formidable outil d’expression, de participation, d’émancipation. Le caractère évolutif de cet environnement le rend hostile, mais surtout foisonnant de nouvelles possibilités. En faisant preuve de curiosité et en partageant ses idées, on peut renforcer l’entraide collective et le lien que cette toile tisse entre les internautes.

Pour aller plus loin :Notre article sur le cyberféminisme"SERIOUSLY, LA PLATEFORME QUI PERMET DE RÉPONDRE AUX DISCOURS DE HAINE SUR INTERNET" - Cheek« Être un-e CyberCRACCS, c’est ne jamais perdre de vue que sur internet aussi, les actes ont un impact ».

Être un-e CyberCRACCS, c’est ne jamais perdre de vue que sur internet aussi, les actes ont un impact. Et s’il est parfois nécessaire de convaincre certain-e-s des conséquences négatives, c’est forcément que quelque part sur la fibre optique, un clic bienveillant fait son effet papillon !

©No Hate

La campagne « no hate — mouvement contre le discours de h@ine » est une initiative du Conseil de l’Europe. depuis 2013, les associations et citoyen-ne-s engagé-e-s dans la campagne mènent des actions de sensibilisation dans plus de 40 pays, et ce aussi bien en ligne que hors ligne. Un objectif commun : réduire les seuils de tolérance vis-à-vis du discours de haine, stimuler l’esprit critique des jeunes et répandre une cybercitoyenneté (cré) active et solidaire !

Pour aller plus loin :Le site du mouvement No Hate Belge Tags : cyberfeminisme - Médias Partagez
Share on FacebookTweet about this on Twitter