Les dossiers

L'agenda

Newsletter

S'abonner

Participer

Site FPS

Rédaction

Militance

Cyberactivisme

TW Harcèlement, agression, racisme Article mis à jour le 6 juin 2017

Réalité virtuelle – Un outil pour lutter contre le sexisme et les discriminations ?

par Sandra Roubin | Lola d’Estienne d’Orves publié le 1 juin 2017 © Samuel Zeller (Lien Unsplash)

À l’Université de Stanford, le «Virtual Human Interaction Lab» travaille sur les moyens d’accroitre l’empathie et de réduire les stéréotypes touchant les plus discriminé-e-s à travers la technologie de la réalité virtuelle (par ex., les personnes «racisées», les personnes âgées, les sans-abris,…). Le laboratoire s’est également intéressé aux femmes et à la possibilité de réduire le sexisme ainsi que les violences qui leur sont faites.

Des chercheuses/chercheurs du laboratoire de Stanford pensent que la réalité virtuelle (RV) peut aider à diminuer des discriminations raciales et sexuelles. C’est dans ce sens que l’Université de Stanford a développé des scénarios d’entrainement à la diversité qui ont pour but d’engendrer de l’empathie. Dans une des expériences, un∙e utilisateur∙trice est représenté∙e par une avatare afro-américaine qui est en train d’être harcelée agressivement par un avatar blanc. Ce genre de séances permet de ressentir le sentiment de préjudice lorsque l’on se met dans la peau de quelqu’un d’autre. Le cerveau a réellement l’impression d’expérimenter ce qu’il voit et les effets de tant de réalisme pourraient engendrer un changement durable de comportement. En 2014, un groupe de chercheurs-chercheuses européen-ne-s a prouvé une augmentation du taux d’empathie chez les personnes interagissant en RV et incarnant un avatar ayant les mêmes traits physiques que les siens, mais avec une couleur de peau différente. La réalité virtuelle pourrait entraîner un changement réel des mentalités, les sessions non-virtuelles d’entrainement à la diversité étant aujourd’hui peu concluantes et parfois même contreproductives. Elle pourrait même permettre de réduire les discriminations à l’emploi avec la tenue d’entretiens d’embauche incluant des avatars indi fférenciés selon le sexe ou l’origine ethnique.

Harcèlement de rue

© Lucy Bonner (Son profil vimeo)

Le constant afflux de harcèlement verbal subi en rue par les femmes est difficile à expliquer à des personnes qui ne l’ont jamais vécu. Grâce au projet Compliment, cela devient chose possible. Cette aventure de réalité virtuelle immersive créée par Lucy Bonner permet à tout un chacun, et principalement aux incrédules, d’expérimenter ces intrusions quotidiennes dans la vie des femmes.

Agressions sexuelles

© Specular Theory (L'explication du projet "Perspective")

Le projet « Perspective ; Chapter 1: The Party » consiste en un récit en prise de vue réelle d’une agression sexuelle lors d’une fête estudiantine, que l’on peut vivre tant de la perspective de la femme que de l’homme (mais sans voir le [s] viol [s] à proprement parler). Le but est de créer un impact social fort dans la dénonciation des agressions sexuelles faites aux femmes. Un des utilisateurs de l’application avait commenté son expérience et s’était dit senti piégé, forcé de vivre quelque chose qu’il pensait ne jamais devoir vivre. Il avait également ressenti que peu importait le comportement de la jeune fille (lui tenait-elle la main  ? Le maintenait-elle à distance  ?), qu’elle ait flirté ou non avec le garçon, il était clair pour la personne La Realite virtuelle un outil pour lutter contre le sexisme et les discriminations ? À l’Université de Stanford, le «Virtual Human Interaction Lab» travaille sur les moyens d’accroitre l’empathie et de réduire les stéréotypes touchant les plus discriminés à travers la technologie de la réalité virtuelle (par ex., les personnes «racisées», les personnes âgées, les sans-abris,…). Le laboratoire s’est également intéressé aux femmes et à la possibilité de réduire le sexisme ainsi que les violences qui leur sont faites. Sandra Roubin, chargée d’études FPS qui vivait cette expérience que cela constituait un viol et rien de moins. Ce genre d’expériences pourrait être capital dans la déconstruction des mythes sur les viols, c.-à-d. des croyances infondées transférant de l’agresseur vers la victime la responsabilité du viol.

© InoOe (Lien Pixabay)

Objectification sexuelle

Une dernière expérience de l’Université de Stanford a permis de prouver les effets néfastes résultant de l’objectification sexuelle des femmes. À la suite de à celle-ci, l’on a pu observer que les participantes endossant des avatars sexualisés internalisaient l’apparence de l’avatar et s’objectivaient sexuellement, rapportant davantage de pensées relatives au physique que les participantes représentées par un avatar non sexualisé. Les participantes dont les avatars avaient le même visage, et plus particulièrement les participantes avec avatars sexualisés, exprimaient des propos qui intégraient de manière plus prononcée les mythes sur les viols. Le phénomène de l’objectification sexuelle est problématique puisqu’il signifie le non-respect des femmes, leur dépersonnalisation et leur assimilation à un objet. Il entraîne de plus des conséquences qui peuvent porter fortement préjudice  : troubles du comportement alimentaire, dépression, préoccupations liées au corps ou diminution des performances cognitives. Ces quelques exemples ont montré que la réalité virtuelle était pleine de promesses et pourrait être une grande alliée de celles et ceux qui luttent contre le sexisme et les discriminations. Nous nous réjouissons déjà des prochaines avancées de ce secteur technologique passionnant !

Pour aller plus loin :Etre dans le corps d'une femme : renouveau du cyberféminisme.
Etre une femme en réalité virtuelle : renouveau du cyberféminisme
© Ricinator (Le lien Pixabay)

LEXIQUE

La RÉALITÉ VIRTUELLE (RV) est une technologie qui permet de plonger une personne dans un monde artificiel en trois dimensions créé numériquement, à l’aide d’images, de sons et de sensations tactiles. Elle permet à l’utilisateur∙trice d’interagir intuitivement et naturellement avec ce monde. La RV s’est beaucoup développée dans le domaine des jeux vidéo et des applications récréatives, mais aussi dans le cadre d’applications plus scientifiques et pédagogiques, telles que le traitement de phobies, la formation avec des simulateurs, etc.

Tags : réalité virtuelle - afroféminisme - sexisme - harcèlement - cyberfeminisme Partagez
Share on FacebookTweet about this on Twitter