Les dossiers

L'agenda

Newsletter

S'abonner

Participer

Site FPS

Rédaction

Société

Let’s talk about sex !

Article mis à jour le 20 mars 2017

Stop aux clichés liés à la sexualité!

par Eloïse Malcourant publié le 21 décembre 2016

« Rapport sexuel réussi = orgasme mutuel », « Dans une relation sexuelle une femme a besoin de tendresse », etc. Quels que soient notre sexe, notre âge et notre orientation sexuelle, nous sommes tou-te-s confronté-e-s un jour ou l’autre à des idées reçues en matière de sexualité. Ces dernières conditionnent nos manières de penser et de vivre notre sexualité. Retour sur la campagne « Même pas vrai » de la FCPF-FPS qui a pour objectif de déconstruire ces clichés.

De nombreux stéréotypes font plus particulièrement référence à la sexualité des femmes comme : « Quand une femme dit non, elle veut en réalité dire oui » ou encore « Une fille en mini-jupe a envie d’avoir un rapport sexuel ». Ces stéréotypes renforcent le phénomène de la culture du viol et l’existence de multiples formes de violences sexuelles envers les femmes. D’ailleurs, selon une étude française réalisée par l’association Mémoire traumatique et victimologie, quatre personnes sur dix considèrent que « l’attitude provocante en public » qu’aurait eue une femme déresponsabilise en partie le violeur.

"Une femme qui aime le sexe est une salope"

Campagne "Même pas vrai" ()

Ce stéréotype fait partie des nombreux stéréotypes déconstruits sur l’outil interactif en ligne, www.memepasvrai.be. Les femmes ont aussi le droit d’extérioriser leur plaisir, de quelle que manière que ce soit et en toute liberté. Ce n’est pas parce qu’une femme exprime son désir, prend des initiatives et aime faire l’amour qu’elle doit être assimilée à une salope. Certaines femmes n’hésitent pas à interpeller leur partenaire, par des paroles ou des gestes et n’attendent pas forcément que les hommes engagent le rapprochement. Il n’y a pas que eux qui sont autorisés à être actifs dans la relation, et cela vaut d’ailleurs pour tous les domaines de la vie quotidienne. Chacun-e fait ce qu’il désire de son corps et de sa sexualité.

 

"Les hommes pensent tout le temps au sexe "

Campagne "Même pas vrai" ()

Les stéréotypes sexuels ne concernent malheureusement pas que la sexualité féminine. Ainsi, on entend souvent dire que les hommes pensent au sexe toutes les 7 secondes, autrement dit 8.000 fois par jour dans une journée d’éveil de 16 heures. Dire que les hommes pensent au sexe quasiment constamment et, qui plus est, beaucoup plus souvent que les femmes, est un cliché persistant au sein de notre société. Une réalisée en 2012 par des chercheurs de l’Ohio State University avance que les hommes auraient 18 pensées relatives au sexe par jour contre 10 pour les femmes. En d’autres termes, les hommes penseraient au sexe toutes les 28 minutes et les femmes toutes les 51 minutes. Ce qui est loin d’être tout le temps ! De plus, les femmes qui ont participé à cette recherche ont eu au moins une pensée relative au sexe par jour, ce qui montre que les femmes pensent aussi au sexe. Véhiculer l’idée que les hommes pensent au sexe toutes les 7 secondes peut engendrer, d’une part, un malaise chez ceux qui n’y pensent pas autant, et d’autre part, un sentiment de mal-être chez les femmes qui pensent au sexe de manière significative. Chacun-e, homme comme femme, est libre de penser au sujet qu’il/elle souhaite et ce autant de fois qu’il/elle le désire !

" La capote c’est la responsabilité des mecs, la pilule celle des filles "

Campagne "Même pas vrai" ()

En parallèle des stéréotypes concernant la sexualité féminine et masculine, il existe de nombreux clichés en lien avec la sexualité des deux partenaires. Ces fausses idées comme, par exemple, « la capote c’est la responsabilité des mecs, la pilule celle des filles », doivent être déconstruites ! Le fait d’avoir une sexualité responsable concerne les deux partenaires. Et, pour une sexualité en toute confiance, la meilleure façon de faire est de combiner le préservatif à un moyen contraceptif . Alors que la contraception (patch, implant, anneau vaginal, pilule, etc.) permet une protection contre les grossesses, le préservatif constitue également le seul moyen de se protéger des Infections Sexuellement Transmissibles (IST). Notons que certains garçons participent à l’achat de la pilule ou d’un autre type de contraception. La question doit, en effet, être abordée à deux. Eviter d’évoquer la contraception sous prétexte que « les femmes savent » et que c’est de l’ordre du privé, revient souvent à leur en laisser la seule responsabilité.

Pour aller plus loin :L'analyse FPS, "Politique, la sexualité ?"Infos sur la contraception Tags : stéréotypes - vie affective et sexuelle - Sexualité Partagez
Share on FacebookTweet about this on Twitter