Les dossiers

L'agenda

S'abonner

Participer

Site FPS

Rédaction

Militance

Un mouvement en action : Femmes de mars !

par Stéphanie Jassogne publié le 4 mars 2020 (c) Femmes de mars

Nous sommes allées à la rencontre des coordinatrices de Femmes de mars, plateforme associative et citoyenne de Charleroi. Alexandra Pirmez, directrice de la Maison de la Laïcité de Charleroi, Margaux Joachim, animatrice socio-culturelle au PAC (Présence Action Culturelle) et Sarah Cravotta, relais communication aux FPS de Charleroi, ont répondu à nos questions.

Femmes de mars, c’est quoi exactement ?

C’est d’abord une plateforme composée de plusieurs associations regroupées suite à une volonté très forte de faire quelque chose à Charleroi, rejointe ensuite par des citoyen·ne·s. Elle est coordonnée par Margaux et Alexandra. Sarah, relais communication aux FPS de Charleroi, diffuse et communique les événements de la plateforme et s’occupe aussi de l’organisation des activités du 8 mars, Journée internationale des droits des femmes.
Tout au long du mois de mars, Femmes de mars propose une programmation culturelle commune sur la thématique de l’égalité entre les femmes et les hommes. Chaque partenaire propose une ou plusieurs activités mettant en avant toutes les femmes qui se battent au quotidien pour faire évoluer nos sociétés. En tout, il y a une vingtaine d’activités dont des événements collectifs.

Alexandra et Margaux, avant de devenir coordinatrices de la plateforme, qu’est-ce qui vous a poussées à vous intéresser à l’égalité femmes-hommes ?

Alexandra : Je me suis toujours intéressée à la lutte pour les droits des femmes. J’ai commencé à travailler au sein de la Maison Plurielle où j’étais quotidiennement en contact avec d’autres associations ; cela m’a ouvert les yeux sur ce qu’il reste encore à faire pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Avant de commencer le projet, j’ai suivi une formation sur le genre au sein de l’ONG Le Monde selon les femmes.

Margaux : Depuis 5 ans, je me considère vraiment comme féministe. Au sein du PAC, nous travaillons beaucoup sur ces questions. Je fais aussi partie de plusieurs plateformes et réseaux féministes de Charleroi. Dans nos boulots, nous portons nos « lunettes genre » sur toutes les thématiques abordées. Nous faisons également toutes les deux partie du Conseil consultatif de l’Égalité Femmes-Hommes de la ville de Charleroi.

(c) Femmes de mars

Comment Femmes de mars a évolué depuis 5 ans ? Quel message voulez-vous faire passer auprès du public en 2020 ?

Il y eu beaucoup de changements depuis 5 ans ! Les mouvements #Metoo et #BalanceTonPorc de 2017 nous ont aidées à être plus visibles dans les médias. Nous sommes arrivées dans une « bonne période » pour mettre en avant le sexisme vécu par les femmes. Les événements de Femmes de mars sont bien couverts médiatiquement et sont soutenus par l’échevinat de l’Égalité des Chances de Charleroi.
Femmes de mars est un événement culturel (expos, théâtre, concerts), mais pas que… Nous voulons sensibiliser (conférences, ateliers, rencontres) les citoyen·ne·s sur l’importance de se battre encore pour un monde plus égalitaire et plus juste !

Le 8 mars est la journée phare de Femmes de mars, que préparez-vous comme activités ?

Le 8 mars tombe un dimanche cette année. À Charleroi, c’est le jour du marché. Nous allons donc investir la place du marché avec cette question :
« Pourquoi être encore féministe en 2020 ? ». Dans un premier temps, nous irons à la rencontre du public, hommes et femmes, pour récolter leur parole sur les inégalités. Ensuite, nous allons enterrer monsieur « Pat Riarcat » !

Quelles seront les actions menées par les FPS de Charleroi ?

Les comités locaux organisent leurs propres activités autour du 8 mars et sont invités à participer aux événements de Femmes de mars. Le 4 mars, dans le cadre du Festival du Film au Féminin : Elles tissent la toile du Nord au Sud, aura lieu en avant-première la projection du film-documentaire Woman d’Anastasia Mikova et Yann Arthus-Bertrand. Le 10 mars, un jeu de piste féministe sur les droits des femmes sera organisé pour les comités locaux et les groupes à projets des FPS. Enfin, le 16 mars, en collaboration avec la Maison de la Laïcité et la Maison Plurielle, nous proposons une soirée d’échanges autour des violences gynécologiques et obstétricales avec Chloé de Bon, réalisatrice de Flower of life.

Pour aller plus loinDécouvrez la programmation de Femmes de MarsPage Facebook de Femmes de marsParticipez aux activités de la régionale FPS de CharleroiPage Facebook de FPS de Charleroi Tags : femmes de mars - 8 mars - activisme Partagez